Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Entre soumission et pulsions (Femme interdite)

Auteur yéménite, Ali al-Muqri s'est engagé depuis longtemps contre les abus religieux et sociaux de son pays. Au point de recevoir fatwas et menaces de mort qui ne l'empêchent pas de continuer à témoigner. En France, on l'a découvert avec Le beau juif, superbe roman historique prêchant la tolérance. Femme interdite est d'une toute autre nature, avec pour premier parti pris de faire raconter à une femme son itinéraire de l'enfance à l'âge adulte. Le livre est dérangeant dans le sens où il ne corrobore pas totalement les idées reçues en occident sur une société où s'applique la charia. Ali al-Muqri se fait "narratrice" au plus intime d'une féminité niée et considérée comme impure. Autant que le poids de la religion, Femme interdite aborde le sujet de la sexualité féminine avec une crudité étonnante au point de faire parfois du livre un véritable roman érotique, ou plutôt de la frustration sexuelle. Les personnages qui entourent son héroïne sont déroutants : sa soeur vend son corps, son frère passe du marxisme au fondamentalisme, ses époux se révèlent impuissants. Et son propre cheminement est lui aussi parfois difficile à comprendre avec son engagement dans le Djihad en Afghanistan. De ce livre qui met souvent mal à l'aise et qui ne manque pas d'humour à l'occasion, ressort une sorte de rage qui ne trouve aucun exutoire. Le cliché de la femme musulmane résignée et sans désir s'en trouve bouleversé. Jusqu'à quel point Ali al-Muqri, qui est un homme, a t-il saisi la vérité dans ce portrait de femme yéménite ? Il n'y a pas de réponse à cette question dans ce roman troublant et audacieux entre soumission et pulsions.

 

9782867467561FS.gif



26/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres